Fondation Ste Zithe

150e anniversaire de la fondation du « ZithaVerein »

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter

1872 – 2022

Vers la fin du XIXe siècle, la ville de Luxembourg a commencé à s’ouvrir et à s’urbaniser après le rasage des épaisses murailles de la forteresse (1867-1883). Cela a attiré la jeunesse des villages. L’industrialisation a commencé : des jeunes hommes et des jeunes femmes ont rompu avec les structures familiales fixes de la population rurale et ont cherché du travail en ville. De nombreuses filles inexpérimentées de la campagne viennent travailler comme domestiques dans les maisons des familles riches. Cette nouvelle vie leur était totalement étrangère. L’éducation ou la formation professionnelle n’était pas encore une évidence pour les filles et les femmes. Elles étaient sans défense à la merci de leurs patrons, sans sécurité sociale en cas de chômage et de maladie, et plus tard dans la vieillesse. Nicolas Wies, prêtre et professeur au Luxembourg, était très préoccupé par cette situation.

Anna Bové et Luzia Niederprüm, deux jeunes femmes dont le professeur Wies était le directeur spirituel, étaient du même avis. Elles lui ont parlé de la situation critique des servantes et ont cherché ensemble une solution. C’est ainsi que fut fondée, le 28 mars 1872, l' »Association de Sainte Zita pour les servantes chrétiennes ». Zita, qui est née en Toscane près de Lucques en 1218, a été au service de la riche famille Fatinelli pendant 48 ans, jusqu’à sa mort en 1278. Peu après sa mort, elle a été vénérée comme une sainte bien au-delà de Lucques et a été canonisée en 1696. Les raisons pour lesquelles le professeur Wies, Anna Bové et Luzia Niederprüm ont donné son nom à leur association en 1872 ne nous sont pas parvenues. Ce n’est que le 11 mars 1955 que le pape Pie XII a élevé sainte Zita au rang de patronne des domestiques et des employés de maison.

Après la fondation de l’association, Anna Bové et Luzia Niederprüm se sont immédiatement mises au travail et ont loué une petite maison dans la rue Beck pour créer un foyer pour les domestiques de la ville.

La tâche de l’association était de trouver du travail pour les bonnes sans emploi et de les soigner gratuitement pendant 10 jours en cas de maladie. Si un membre voulait rester plus longtemps dans la maison de l’association, il devait payer à l’association un franc par jour pour le gîte et le couvert. Les servantes étaient tenues à mener une vie religieuse et morale et à assister à la messe le dimanche et les jours fériés. Tous les dimanches, les jeunes filles se réunissaient également pour une rencontre chaleureuse dans le foyer.

Les statuts et les structures définissaient la vie de l’association. Il y avait des membres et des membres protecteurs. Toute jeune fille qui voulait se conformer aux statuts pouvait devenir membre. Il fallait payer un droit d’entrée de 3 francs, puis une cotisation mensuelle de 30 centimes.

Toute personne pouvait devenir membre protecteur, soit en versant une somme unique de 100 francs, soit en versant une cotisation annuelle d’au moins 5 francs.

Le premier membre protecteur est Nicolas Adames, le premier évêque du diocèse de Luxembourg, fondé seulement deux ans auparavant. Au cours de la première année de l’association, 113 membres ont adhéré et 30 membres protecteurs ont été gagnés. Cependant, à la fin de l’année, les dépenses ont plus que doublé les recettes. L’association a rapidement gagné d’autres membres: à la fin de la troisième année, elle en comptait 177 et le nombre de membres protecteurs était passé à 54. Malheureusement, les recettes ne compensent toujours pas les dépenses de l’association et le rapport annuel de la troisième année de l’association fait apparaître un déficit de 11 626,44 francs. C’est un montant énorme pour l’époque et cela montre à quel point les premières années ont été difficiles et austères.

Mais les fondateurs ne se découragent pas. Bientôt, il n’y a plus assez de place dans la petite maison de la rue Beck pour toutes les filles qui demandaient aide et protection. L’association a cherché des locaux plus grands et a trouvé une maison dans la rue Philippe II pour le moment.

Afin d’assurer l’avenir de l’association, la Congrégation des Sœurs Zita fut fondée en 1875. Suivit le déménagement vers la nouvelle maison mère de la congrégation dans l’actuelle rue Ste Zithe dans le quartier de la gare de Luxembourg-Ville.

Le lecteur attentif aura remarqué qu’on écrit aujourd’hui Zitha ou encore ZithaGroup. Le « h » de Zitha trouve son origine dans l’orthographe française « Ste Zithe ».

Toutes les œuvres des Sœurs Ste Zithe ont leur origine dans le ZithaVerein. En 1977 encore, les sœurs géraient un centre d’emploi pour jeunes femmes. Le rapport annuel de l’association en 1977 montre que 2046 demandes d’emploi ont été faites et que 796 offres ont été satisfaites. Afin d’aider les femmes et leurs familles qui ne trouvaient pas de travail, des centaines de colis contenant des vêtements ou de la nourriture étaient distribués.

Après avoir emménagé dans leur nouvelle maison, les sœurs ont élargi l’offre de l’association pour prendre en charge ses membres malades et ont proposé des soins infirmiers ambulatoires dans leur quartier, comparables à ceux de ZithaMobil aujourd’hui.

Comme le ZithaVerein (association Zitha) a dû cesser temporairement ses activités après l’invasion des troupes allemandes le 2 août 1914, les sœurs ont mis les locaux vacants à la disposition de la « Société de la Croix-Rouge », qui y a installé un poste médical avec 50 lits. La congrégation avait déjà plusieurs fondations dans le pays à cette époque, et la Supérieure Générale fit venir en ville les meilleures infirmières de toutes les maisons. Ce poste de premiers secours est devenu plus tard le « Poste de premiers secours inter-congrégations ». Celui-ci a été dissous le 7 décembre 1918. Sur l’insistance des médecins, Mère Paula Lentz, la Supérieure Générale en fonction à l’époque, a soumis au gouvernement une demande d’ouverture d’un hôpital dans le Couvent Ste Zithe, qui a été immédiatement approuvée à titre provisoire. Ce fut la première pierre de l’actuelle ZithaKlinik. Le ZithaVerein a repris son travail avec des restrictions le 1er janvier 1915.

L’offre de fournir aux membres de l’association un lieu de séjour pour personnes âgées a pu être mise en œuvre dans le nouveau bâtiment du quartier de la gare et en 1893, 9 retraitées pouvaient déjà être hébergées. Plus tard, en plus des membres du ZithaVerein, d’autres dames célibataires ont été accueillies et c’est ainsi que se sont développées les actuelles Seniories du groupe Zitha.

Le 100ème anniversaire de la fondation de la Congrégation en 1975 a été l’occasion pour les Soeurs Zitha d’adapter leur offre pour les femmes aux besoins du présent dans le sens de l’Aggiornamento du Concile Vatican II, c’est-à-dire l’appel à rendre visible le mystère de l’Eglise dans le présent. Ce ne sont plus les servantes, c’est-à-dire le personnel domestique, qui ont besoin d’aide, mais plus généralement les femmes en situation de détresse, les femmes battues, les femmes enceintes et délaissées. La Congrégation des Soeurs Ste Zithe a perçu ce besoin et a fondé le premier foyer pour femmes au Luxembourg, le Foyer Paula Bové, qui offre toujours protection et soutien aux jeunes femmes et aux mères avec leurs enfants.

L’introduction de l’assurance maladie et de la retraite universelle, de l’assurance chômage publique et de la législation du travail a considérablement amélioré la situation de tous les travailleurs, de sorte que le ZithaVerein a progressivement cessé d’offrir ses services. Toutefois, les réunions dominicales des derniers membres du ZithaVerein ont continué à avoir lieu dans la maison mère de la congrégation jusqu’en 2006.

Même si le ZithaVerein n’existe plus en cette année du 150e anniversaire de sa fondation, les valeurs de ses fondateurs*trices sont fermement ancrées dans les institutions issues de leur idée fondatrice.

Découvrir l’ensemble des projets

Des vacances loin du quotidien

Les vacances permettent de retrouver l’énergie et la joie de vivre. C’est une compensation au quotidien, qui élargit l’horizon et laisse de beaux souvenirs. Cela vaut aussi, voire…

Spenden

Seit 1872 folgt die Zitha auf Basis christlicher Werte den Idealen Hilfsbereitschaft, Mitgefühl und Menschlichkeit, um in Luxemburg und Malawi ihren Dienst am Menschen zu erfüllen. Helfen auch Sie.

Jede Hilfe zählt

Wir hören einander offen, ehrlich interessiert und einfühlsam zu. Dazu gehört eine Haltung der Freundlichkeit, der Aufrichtigkeit und des respektvollen Umgangs miteinander.

Dons

L’Association Ste Zithe poursuit, depuis 1872 et sur la base des valeurs chrétiennes, les idéaux de serviabilité, de compassion et d’humanité, afin de servir la personne humaine au Luxembourg et au Malawi. Aidez, vous aussi.

Chaque aide compte.

Nous nous écoutons les uns les autres avec ouverture, en faisant preuve d’un intérêt sincère et de bienveillance. Cela englobe une attitude empreinte d’amabilité, de probité et de respect mutuel.