Congrégation des Sœurs Carmélites Tertiaires

Die ZithaSchwestern blicken auf eine fast 150-jährige Geschichte aus Hilfsbereitschaft, Mitgefühl und Menschlichkeit zurück. Erfahren Sie, wie alles begann.

Comment tout a commencé :

L’Association Ste Zithe fut fondée en 1872

Anna Bové et Luzia Margareta Niederprum vivaient dans le Luxembourg de la fin du 19e siècle, à l’époque de l’industrialisation ainsi que d’un profond changement sociétal. Toutes deux observaient avec préoccupation la situation de nombreuses jeunes femmes qui quittaient leur famille pour travailler comme servantes en ville. Elles étaient livrées sans protection aux familles qui les employaient et ne bénéficiaient d’aucune couverture en cas de chômage, maladie ou vieillesse. Afin de faire évoluer les choses, Anna Bové et Luzia Margareta Niederprum, aidées par le professeur Nicolas Wies, un prêtre et enseignant engagé socialement, ont fondé le 28 mars 1872 l’Association de Ste Zithe pour les servantes chrétiennes. L’Association Ste Zithe était un point de contact pour les servantes ainsi qu’un lieu où elles recevaient des soins en cas de maladie. L’Association Ste Zithe représentait en parallèle les intérêts des servantes face à leurs employeurs, les formait à la tenue d’un ménage et leur procurait des emplois.

De 1875 à 1886 – L’ordre des Sœurs de Ste Zithe

Après une mise en route pénible, l’Association Ste Zithe fut une grande réussite et le nombre de personnes cherchant de l’aide a rapidement dépassé l’espace disponible. Les fondateurs n’ont toutefois pas uniquement abordé ces problèmes tangibles/ pratiques mais aussi la question concernant l’avenir de l’association. Afin d’assurer son propre avenir, l’Association Ste Zithe a cherché à rejoindre une organisation déjà établie mais l’ensemble des entités sondées ont décliné. Un ordre propre appelé Congrégation des Sœurs du Tiers Ordre Régulier de Notre-Dame du Mont Carmel à Luxembourg (Schwesterngemeinschaft vom Dritten Orden unserer Lieben Frau vom Berge Karmel zu Luxemburg) fut dès lors fondé et le professeur Nicolas Wies lui remit son habit religieux le 2 février 1875. L’ordre se voyait dans la tradition des Carmélites et y fut rattaché en 1886, encore avant le décès de la Mère Anna Bové. Les Sœurs Carmélites Tertiaires luxembourgeoises font partie du carmel térésianique mais sont appelées Sœurs de Ste Zithe au Luxembourg. Cette dénomination remonte à Ste Zithe, née en 1218 à Lucques (Italie), qui a travaillé de ses 12 ans à son décès comme servante auprès de la famille noble Fatinelli, et s’occupait des pauvres et indigents malgré cette charge.

« Travaillez, mettez la main à la pâte ! Saisissez le travail où il se présente ! »

(Nicolas Wies)
Les besoins ainsi que les détresses des personnes et, dès lors, le travail des Sœurs de Ste Zithe, ont évalué au fil du temps. La préoccupation concernant les jeunes femmes fut l’occasion de leur proposer un refuge, des soins, de leur offrir une place parmi les personnes âgées ainsi qu’une formation. Vint ensuite la Première Guerre mondiale qui a transformé le couvent en un point de référence local pour les problèmes médicaux. Les Sœurs de Ste Zithe ont ensuite fondé une clinique, posant ainsi la première pierre de la future ZithaKlinik.
Le travail s’adapte à la nécessité
Ce qui tenait à cœur aux fondatrices, à savoir le souci des jeunes femmes, demeure cher à l’ordre de nos jours. L’attention a toujours été accordée à la nécessité de l’époque. C’est ainsi que la formation de servante a débouché sur la création d’écoles ménagères dans l’ensemble du pays. Étant donné que de nombreuses jeunes mères devaient travailler et cherchaient un endroit sûr où confier leurs enfants, les Sœurs de Ste Zithe ont aussi proposé des jardins d’enfants. Le besoin en infirmières au sein de la ZithaKlinik a induit la mise en place d’une école de service infirmier tandis que la préoccupation liée aux travailleurs étrangers a débouché sur la construction de logements et la détresse des jeunes mères célibataires a donné lieu à la fondation du Foyer Paula Bové. La préoccupation liée à la vieillesse des Sœurs et dames a finalement trouvé un écho dans l’ouverture de maisons de retraite et de soins.

1958 – Travail missionnaire au Malawi

En date du 3 octobre 1958, l’évêque Fady du Malawi a rendu visite aux Sœurs de Ste Zithe au Luxembourg et a sollicité de l’aide pour un hôpital à Namitete. Avec le soutien du gouvernement britannique et à l’instigation du Pape Pie XII, l’évêque Fady avait déjà construit un bâtiment et trouvé un médecin, qui ne pouvait cependant entamer le travail faute de Sœurs pour diriger l’hôpital et accompagner les patients.

Le 21 avril 1959, quatre missionnaires ont quitté le couvent, leur patrie et leurs familles pour débuter la réussite exemplaire des Soeurs de Ste Zithe au Malawi. Elles ont repris le St. Gabriel’s Hospital et en ont fait l’un des meilleurs hôpitaux du Malawi, avec beaucoup d’implication, de persévérance et d’aide venues du Luxembourg. De nombreuses Sœurs suivirent durant les prochaines années. De jeunes Africaines se sont également senties appelées à entrer dans les ordres, la branche malawienne des Sœurs de Ste Zithe s’appelant aujourd’hui les Carmelite Sisters. Elles ont intégré cinq communautés au Malawi et s’occupent de deux jardins d’enfants, d’un poste médical, d’un lieu de prière, d’une maison destinée aux visiteurs et d’une maison de vacances.

Notre histoire en images

La congrégation – que nous réserve l’avenir ?

La congrégation se compose actuellement de 61 religieuses (22 Africaines et 39 Européennes). Sœur Dr. Myriam Ney est la supérieure générale de l’ordre depuis 2017. Son conseil général regroupe trois Sœurs issues de la partie luxembourgeoise de la congrégation et deux venant de la branche africaine.

Tandis que la congrégation raconte l’histoire de la croissance au Malawi, la moitié des Sœurs de Ste Zithe vivent en maison de retraite au Luxembourg. Dans le futur, l’action des Sœurs se limitera à conter les œuvres de Ste Zithe. Dans l’intervalle, les Sœurs feront cependant tout afin que les œuvres de Ste Zithe perdurent dans l’esprit de leurs fondateurs.

Personne de contact

Toujours en matinée :
Eva Holz
+352 40 144-31 05

Aidez-nous à aider.

Conformément à ses statuts, la Fondation Ste Zithe promeut les œuvres de Ste Zithe au Luxembourg et au Malawi. Aidez, vous aussi.